La suite du commencement

10 mois après les premiers mots sur ce blog, me voila de retour avec un dossier un peu plus lourd et un cœur un peu plus gros.

Fin juillet 2018 : premier contact avec la PMA. En à peine quelques jours, ma vie était pour toujours chamboulée. ENDOMETRIOSE. Ça y est, le mot était enfin lâché. J’y pensais depuis longtemps, mais j’avais peur de me l’entendre dire, alors je ne pressais pas les médecins et leur laisser m’annoncer « avoir mal pendant ses règles, c’est normal! ».

Je me coltine en plus un syndrome des ovaires polykystiques. Sonnée par le premier diagnostique, j’entends à peine cette autre sentence.

Octobre 2018 : Après de nouveaux examens, retour à la PMA. C’est parti pour une FIV. Youpi! Ces derniers mois n’ont pas été si compliqué. Finalement, je suis soulagée d’avoir enfin un mal contre lequel lutter, même si je me rends compte que ce mal là est un peu incompris des médecins et bien casse-pied…..

Janvier 2019 : Après 3 mois de pilule, on démarre enfin le protocole. Tout se déroule dans une certaine naïveté et avec un grand enthousiasme. J’ai de la chance, je ne subis pas trop d’effets secondaires. Et même si je fais un peu de rab car mes ovaires font les fainéants, ma première ponction m’offre 10 ovocytes et 4 embryons. A J2, le plus beau de tous m’est transféré. Je ne vis pas trop mal l’attente, j’y crois même à fond. Mais 12 jours plus tard, les règles sont là, alors je vais faire ma prise de sang le vendredi à reculons.

Le résultat n’est ni positif, ni négatif……WTF! J’ai un taux de 8…… (je regarde le papier du labo qui indique que le taux est négatif lorsqu’il est inférieur à 5. Mais je vois bien sur internet que ce taux est ridiculement minuscule.) Je ne me fais donc aucun espoir. Le lundi le taux frôle de nouveau le zéro.

Le vendredi nous avons également reçu le courrier de l’hôpital concernant nos embryons congelés. Et là, coup de massue. Aucun n’est congelé…..Je reste complétement estomaquée. Je ne l’avais pas prévue celle-là dans l’équation. Et bien sur, aucune explication sur la raison de cet hécatombe. Je sombre petit à petit dans une grosse déprime. Jusqu’ici je pensais que l’endométriose empêcherait la nidation ou un truc du genre, mais peut-être que mes ovules sont juste tout pourris…..ou peut-être les deux!

Février 2019 : Je me prends en pleine poire l’annonce de grossesse d’une de mes plus proches amies. Ils ont commencé les essais, il y a 2 mois……Je me répète en boucle les mots qu’elle a prononcé (avec pourtant beaucoup de tact et de prévenance) comme si je ne pouvais pas y croire. C’est le moment le plus dur que j’ai vécu jusque là (et je m’estime chanceuse), je sombre dans une tristesse infinie devant cette injustice et je comprends que je passe à une nouvelle étape de la PMA.

Celle où il est temps de se trouver une place assise dans la salle d’attente de cette gare et d’y déposer nos valises. Autour de moi, d’autres traversent cette gare à grande enjambée et rejoignent leur train avec dans leur bagage, des espoirs tous neufs et des rêves encore intacts. Et je vois la gare se vider sous mes yeux, mon sac plein d’espoir diminuer progressivement pendant que celui du désespoir ne cesse de se remplir, sans avoir le droit de bouger de ma place…..

Never Ending Waiting GIF by sambmotion - Find & Share on GIPHY

Publicités