Loin, très loin……

C’est la deuxième fois de ma vie qu’il me semble vital de fuir loin de chez moi.

La première fois, il y a 7 ans, c’était également à la suite d’une déconvenue personnelle, mais bien différente de celle d’aujourd’hui. Nous avions alors avec Mr Patient des désirs d’expatriation. Nous avions donc fait une demande de visa pour partir vivre et travailler au Canada. Après des mois d’attente et de tractation j’obtenais mon visa, mais pas lui. Un échec difficile à vivre sur le moment. J’étais mal dans mon boulot à cette période. Suite à cette déconvenue, je posais 3 semaines de congé et nous partîmes à l’autre bout de la planète, bien loin de la France et du Canada. Je ne pouvais plus rester là où j’étais, il me fallait fuir, pour panser ma peine et réfléchir à la suite. A mon retour, j’étais prête à quitter mon CDI bien payé pour envisager une reconversion professionnelle afin de devenir prof. C’est lors de cette pause salutaire que j’ai envisagé de fonder une famille avec mon homme dans un futur proche, et de construire ma vie professionnelle autour de ce projet.

Et nous voila 7 ans plus tard, dont 3 ans à essayer de transformer ce projet en réalité. A l’aube du résultat de ce deuxième transfert. J’avais essayé de me protéger, de me préparer à ce négatif. Alors quand nous avons vu le 0.2 ui, j’ai serré les dents. Non, ça ne me touche pas. Et puis je ne peux pas craquer devant la belle-famille. Alors tant qu’ils sont là, je fais semblant. Et puis le lendemain, on va dans un bar dire au revoir à une copine (enceinte) qui part vivre en province avec son mec. Une autre de mes copines est là, de retour de voyage. J’ai pas la patate mais au début ça peut aller. Et puis, nous passons commande. Moi, mon verre de vin et les deux jus de fruit. « Je suis en jetlag » me précise mon amie tout en cherchant à changer de sujet. Merde. Pas déjà. Ca fait deux mois qu’ils sont en essais. Je regarde mon amie enceinte. Elle aussi ça faisait deux mois qu’ils étaient en essai lorsque ça a fonctionné. Et son annonce aussi était arrivée juste après mon échec et maintenant là voila enceinte de 7 mois. Je sens mon cœur grossir, grossir dans ma poitrine et mes yeux qui piquent. Je repose mes lunettes de soleil sur mon nez. Je les regarde discuter avec une telle complicité, un tel entrain. Je me sens si loin d’elles, de leurs projets, de cette entente profonde qui les réunit désormais. Je me lève et fonce aux toilettes, les larmes roulent déjà sur mes joues. J’envoie un sms à Mr Patient pour le prévenir que je m’en vais. Je reviens à table. J’arrive à peine à dire au revoir, les lèvres tremblantes. Je récupère mon vélo et roule jusqu’à chez moi en chialant comme lorsque j’avais 6 ans. Le lendemain, nous partons. A l’autre bout de la France cette fois-ci. Je ne supporte plus de rester ici. Il me faut fuir pour panser ma peine et réfléchir à la suite.

Et ma réflexion m’a amené à revoir la suite du programme. Tout était parfait dans ce dernier protocole: ma réponse au traitement, un embryon de super qualité, ma zénitude face à ce TEC. Et pourtant…….

Il nous reste 5 embryons congelés. Et j’ai peur de les gâcher les uns après les autres.

Il me reste une seule interrogation maintenant que nous savons que nous sommes capables d’obtenir des embryons de bonne qualité. L’endométriose. Celle qu’on m’a diagnostiqué, il y a 1 an tout pile, à un stade 4 avec atteinte notamment digestive. A ce moment là, on m’avait laissé le choix : chirurgie lourde avec pose de stomie ou FIV. Je m’étais précipitée en PMA. Je ne voulais pas entendre parler de cette opération.

Mais maintenant je veux bien qu’on m’en parle. Parce que peut-être qu’elle seule pourra m’apporter cette chance de porter un jour la vie. Mais j’ai tellement peur. Peur de l’opération en elle-même et ces conséquences sur ma vie. Peur qu’on m’annonce qu’il est trop tard, que la maladie est trop avancée et que je ne pourrais jamais avoir d’enfant naturellement.

Me voila de retour. Prête à affronter ce nouveau challenge pour continuer à construire ma vie autour de ce projet.

Ready GIF - Find & Share on GIPHY

Publicités

You loose – try again

Comme les personnages de jeu vidéo de mon enfance qui se trimballent une petite jauge d’énergie, j’ai également eu l’impression d’avoir une jauge au-dessus de ma tête ces derniers jours, mais ce n’était pas de l’énergie qu’elle contenait plutôt de l’espoir.

Après le transfert, ma jauge était remplie au taquet. Et elle resta ainsi pendant plusieurs jours. Mon corps m’offrait tout plein de symptômes qui m’enchantaient. Vive les seins douloureux, les tiraillements dans le bas-ventre, la fatigue et les nausées. N’ayant pas le souvenir d’avoir ces mêmes symptômes lors du premier transfert négatif, je ne pouvais que m’en réjouir.

Mais un soir, peut-être cinq ou six jours post-transfert, après être allée aux toilettes j’ai remarqué une petite chose ensanglantée dans la cuvette. Ma première réaction fut de me dire qu’il s’agissait de l’embryon, ou tout du moins d’un bout de muqueuse le contenant. A part cela, je ne saignais pas. Mon espoir diminua de moitié. J’en parlais immédiatement à Mr Patient qui fut aussi attristé que moi.

Les jours qui suivirent, les symptômes redoublèrent, et ma jauge remonta également. Je m’en voulais presque d’en avoir parlé à Mr Patient. Les jours, les heures avançaient si lentement. Je ne me souvenais pas pareille torture la première fois.

Et puis le jour de l’anniversaire de Mr Patient arriva. Avec ma jauge presque remplie en entier, je me voyais déjà lui offrir un cadeau d’anniversaire qu’il n’oublierait pas de sitôt. La nuit fut courte, je me réveillais à plusieurs occasions. Vers 8h, n’y tenant plus je me ruais au toilette et dégainais un test de grossesse. Cela faisait longtemps que je n’en avais plus fait, ayant définitivement rayé de ma vie la possibilité d’une grossesse naturelle. Le verdict fut glacial. Négatif. Je remontais dans la chambre en recomptant dans ma tête les jours depuis le transfert et les transformant en dpo. J’essayais de me persuader que je m’y étais prise trop tôt, mais en vain. Il fallut passer la journée en taisant mes angoisses à mon amoureux et à sa nièce, venue passer quelques jours.

Dans la nuit suivante, une énième envie de pipi me réveilla vers 6h. Des traces rosées sur le papier toilette, un mal de ventre qui s’était bien accentué. Ça y est, mes règles arrivent. Ma jauge se mit à clignoter dangereusement.

Mais le lendemain plus aucune trace de saignements. Ma jauge remonta de quelques pourcent, pourtant je le sentais, ce sera négatif ou au mieux très faiblement positif. Je décidais donc d’avancer ma prise de sang d’un jour. Nous serions alors à 16 dpo. J’ai la soeur de M. Patient et toute sa smala qui débarque ce jour-là, mais tant pis c’est une trop grande torture, je préfère prendre le risque de découvrir le résultat en devant faire bonne figure. Et c’est ce que nous faisons. A 16h, entre deux câlins de neveux, j’attrape Mr Patient et nous regardons ensemble les résultats du labo. Taux Béta-HCG : 0.2……

L’écran noir. GAME OVER.

Game Over Love GIF by Animation Domination High-Def - Find & Share on GIPHY

 

Le deuxième transfert

Ce transfert aura été à l’image de ce protocole de FIV, un poil longggg.

Arrivés à 8h30 à l’hôpital comme demandé, on signe pour la cinquième fois un papier spécifiant que nous ne nous sommes pas rendus dans un pays touché par le virus Zika puis la secrétaire médicale nous précise qu’on se retrouve à 10h pour le transfert.

Hein?!!!!

X Factor What GIF - Find & Share on GIPHY

Je comprends mieux pourquoi on m’a demandé de venir avec une bouteille d’eau plutôt que de venir avec la vessie pleine.

Bon, va pour un petit tour du quartier pendant une bonne heure.

De retour dans la salle d’attente, on patiente encore et c’est à 11h30 qu’on est enfin pris en charge. Je piétine d’impatience et je commence à avoir très très envie de faire pipi.

Monsters Inc Pee GIF - Find & Share on GIPHY

Puis on appelle mon nom. Et là pour le coup c’est expéditif. Vérification de mon identité (depuis que j’ai lu ça je veux bien faire toutes les vérifications du monde), installation dans les étriers et c’est parti. On me signale qu’on va mettre 1 embryon. On demande comment ça se passe dans le choix de 1 ou 2 embryons. Réponse un peu séche « c’est le staff qui décide ». Je suis à mon deuxième transfert donc je trouve cela normale de n’en avoir qu’un pour le moment mais je suis un peu étonnée de ne pas être plus impliquée dans une décision qui me semble nous concerner un peu quand même.

J’ai eu une émotion différente que la première fois. Aujourd’hui j’étais face à deux médecins pas très bavards et un peu pressés. Et Mr Patient était derrière moi, alors que lors de la première FIV, on avait un peu blagué avec le médecin, Mr Patient avait tenu la sonde de l’échographie et j’avais trouvé cela mignon. Et puis j’ai eu un peu mal aussi lors de l’installation et mon envie de pipi était telle que je n’avais qu’une idée en tête me précipiter aux toilettes. Pourtant lorsque j’ai aperçu la petite étincelle à l’écran et qu’elle a été déposé dans mon utérus j’ai été sensiblement plus émue.

Maintenant on va se remettre à attendre. Et autant la première fois j’étais bien occupée par le travail autant là, avec les vacances et la canicule je risque de m’enfermer chez moi en ne pensant plus qu’à ça……

Je sens que ces 10 prochains jours vont être ……………. longs!

Lisa Kudrow Thank You GIF by The Comeback HBO - Find & Share on GIPHY

A l’attention de dame nature

Chère dame nature,

Cela va bientôt faire 3 ans que nous sommes un peu fâchées toutes les deux. Il se peut que par le passé je n’ai pas été toujours irréprochable, néanmoins j’ai bien murie  dernièrement. Je pense donc qu’il est grand temps que toutes les deux nous enterrions la hache de guerre. Même si je cultive la rancune autant que l’impatience, je te promets que, pour une fois, je ne te tiendrai pas rigueur pour ces derniers mois où tu m’as fait vivre un véritable yoyo émotionnel.

Et pour t’aider à te décider voici quelques raisons qui devraient finir par te convaincre du bien fondé de ma supplique :

Mon téléphone fonctionne très bien. Le matin de la FIV 1 mon ancien portable a fini sa vie sur le sol froid et sale du bus qui nous conduisait à l’hôpital. Il avait moins de 6 mois…..j’ai donc décidé de le faire réparer. La veille de la ponction pour FIV 2, le téléphone tout bien rafistolé n’a pas supporté une micro chute et n’a jamais plus voulu s’allumer……J’ai fini par me faire la réflexion que si je devais rajouter le prix d’un portable à chaque FIV cela allait me coûter bien plus cher que prévu…… ( rancunière, impatiente et maladroite…..je suis une perle!)

Je n’ai pas du tout du tout envie de sauter en parachute. A l’échec de la FIV1, j’avais comme une envie de me sentir vivante (histoire de compenser tout ce qui était mort en moi – cet embryon, ma joie de vivre, l’espoir d’un monde meilleur….). En vacances en Auvergne en février, j’ai sur un coup de tête décidé de me jeter dans le vide depuis le sommet du Puy de Dôme. Bon j’avais quand même un parapente et un moniteur avec moi. C’était un truc vraiment fou pour mon pedigree et pas du tout préparé (on va rajouter grosse flippette dans la liste précédente). J’ai donc un peu peur de ce que mon instinct de survie me forcera à faire si j’obtiens un nouveau négatif…..

J’ai peur de me mettre à parler à mes plantes. Ma confidente de longue date à qui je peux parler à coeur ouvert me prépare depuis quelques mois déjà, ils vont lancer le projet bébé cet été. Vu que dans mon entourage, mes proches ont tous bac +12 en conception de bébé, je crains qu’elle ne m’annonce une très bonne nouvelle à la rentrée. Ça risque d’être difficile d’atteindre son épaule pour pleurer à chaudes larmes si elle a un gros bidon. Va falloir que je prenne un cours de rattrapage en langue étrangère –  spécialité plantes de salon.

je veux garder le petit train en bois ! Nous avons acheté lors d’une brocante le plus mignon des petits trains en bois pour les 1 an du fiston d’un couple d’amis. Nous devions lui offrir au début du mois mais l’anniversaire a finalement été annulé, puis reporté, puis plus de nouvelles. Depuis je me sens comme Gollum dans le Seigneur des Anneaux, c’est mon précieux! J’ai envie de voir MES enfantS (oui, je je reste encore optimiste et je mets un -s à la fin d’enfant) jouer avec. Mais si c’est négatif, je suis sûre que Mr Patient réussira à me raisonner. Et puis à ce moment là, je serais plutôt en mode – on aura jamais de gosses, alors hors de ma vie train de malheur !!!!

Je veux mettre de la magie dans nos vies. Je réfléchis déjà à l’histoire que je raconterai à mes enfants pour leur raconter l’aventure de leur conception. Niveau magie, la PMA c’est clairement moyen alors je cherche des petites choses pour agrémenter la réalité. Lors de la FIV1, nous avons eu le résultat le jour de l’anniversaire de ma fameuse confidente. Je me voyais déjà lui annoncer la bonne nouvelle, la choisir comme marraine, faire de cette journée une vraie fête pour les prochaines années….. Hum hum, ce fut légèrement différent. Pour cette FIV2 le destin a sorti l’artillerie lourde. J’ai eu ma ponction : le jour de l’anniversaire de ma grand-mère, le bilan de nos embryons congelés : le jour de mon anniversaire. J’aurais très certainement mon transfert le lendemain de l’anniversaire de la mère de Mr Patient et les résultats aux alentours de son anniversaire à lui. Ça serait quand même con de gâcher une chance pareille avec un taux qui ne décolle pas….

Et sinon, je pourrais te dire qu’on est toujours très amoureux, qu’on est grave prêt à bouleverser nos vies pour te faire une petite place, que nos familles et nos amis sont impatients de te découvrir et de nous voir devenir parents mais ça tu le sais depuis longtemps donc je ne t’embête pas avec ces détails.

Je compte sur toi!

Mary Kate And Ashley Olsen Magic GIF - Find & Share on GIPHY

Plus c’est long, plus c’est bon…..?

Désolé pour ce titre…..je suis partagée entre la honte et l’excitation, car oui je crois qu’il va enfin se passer quelque-chose dans les prochains jours!

Pleased Maya Rudolph GIF by NETFLIX - Find & Share on GIPHY

Jeudi dernier, j’ai fait mon premier contrôle pour le TEC. Les ovaires étaient bien au repos, l’endomètre un peu faiblard mais rien de catastrophique. Le médecin me propose de revenir ce lundi pour recontrôler tout ça. Dans ma tête une petite voix se met à hurler : lundi, mais c’est dans 4 jours !!!! Je pensais qu’on ferait un petit check samedi et qu’on me dirait banco pour le transfert semaine prochaine.

Ce matin, la salle d’attente est archi-pleine, mais finalement je n’attendrais qu’une heure et demie (ça me fait étrange de l’écrire quand même). Au contrôle, j’ai un endomètre à 8.5. Cela semble convenir aux deux médecins présents. Mercredi je remplace Provames par la progestérone et je refais une prise de sang à l’hôpital jeudi matin. Si le taux de progestérone est correct on fait le transfert lundi prochain. Encore une fois, je m’étonne des délais. Je trouve cela très long, mais je ne suis clairement pas objective. Pour la première fois depuis le parcours j’ai remercié mon dedans d’être bien tout comme y faut et je l’ai encouragé à poursuivre en ce sens.

Ce petit tour matinal à l’hôpital m’a donné la patate.

Déjà parce que je sais que je vais bientôt arrêter le Provames. Depuis que je le prends je passe mon temps à avoir envie de manger. J’ai déjà pris quelques kilos depuis le début de l’année et mon corps n’est plus tout à fait comme avant le début de la PMA…..j’aimerais bien limiter les dégâts.

Ensuite parce que ce weekend j’ai un mariage de prévu et j’avais peur de devoir enchaine transfert – voiture – cérémonie – fiesta dans la même journée. Et puis je pourrais me servir une petite coupe de champagne pour éviter les questions relous que je pressens d’avance.

Enfin parce que j’ai hâte d’avoir ce premier transfert. Je suis très optimiste parce que tout a été positif pour cette FIV jusque là. Parfois je me force à voir la réalité des chances en face, mais je crois que la perspective d’avoir d’autres embryons congelés m’aidera à affronter un échec (je suis certainement très naïve sur mon ressenti si la PDS est négative…..)

Vivement lundi prochain!

L’enfer c’est les autres

Comme de nombreuses femmes qui luttent contre l’infertilité, je n’aime pas être entourée de femmes enceintes. Mais pire que de côtoyer une femme enceinte quand on galère pour l’être, il y a son entourage! Et ces derniers jours, j’ai bien eu envie d’en étrangler quelques-uns……

Situation 1 – le couple compatissant mais amnésique

J’avais déjà parlé de cette amie qui attend un enfant. Ils sont les premiers dans notre couple d’amis. Pas toujours facile à gérer, surtout que son annonce est intervenue juste après l’échec de notre première FIV. Nous ne nous sommes pas souvent vus, mais lorsque ce fut le cas ce fut souvent en présence d’un autre couple d’amis, qui sont un peu mes confidents dans ce parcours difficile, surtout mon amie. Elle prend souvent de mes nouvelles et m’épaule énormément. Mais dès que ces deux couples sont réunis, ils parlent beaucoup du futur bébé et des projets à venir pour nos amis. Ils sont surexcités par cette grossesse, limite plus que les futurs parents et ça me fout toujours le cafard. Je me sens complétement en dehors de leur délire. J’ai donc un sentiment très ambivalent en ce qui les concerne. Une énorme reconnaissance pour leur empathie lorsque nous sommes en petit comité mais j’aimerai bien aussi leur rappeler de ménager leur effusion en ma présence, car rien de tel pour se sentir exclue…..

Situation 2 – les collègues

Pot de fin d’année à l’école. 3 collègues enceintes cette année et une de retour de congé maternité. Je pensais que le plus dur était passé. Ben non, vla que l’une d’entre elle à mes côtés se sert un verre d’eau et se fait chambrer. « Ben oui, c’est parce que je suis enceinte » dit-elle simplement. Et la, une essaim de collègues mamans se forment autour de l’intéressée. Je ne rigole pas, c’est limite si je ne me suis pas fait bousculer. Moi aussi je suis en train de siroter mon verre d’eau. J’ai décidé d’être raisonnable, vu que j’ai entamé mon traitement pour le TEC. Mais là tout de suite maintenant, je crois que c’est foutu pour être raisonnable. Je tends mon verre au directeur qui a une bouteille de vin dans les mains. Faudrait pas laisser planer le doute…..

Situation 3 – les lointaines connaissances

Spectacle d’une amie. Les amis et la famille sont venus l’applaudir. Nous sommes assis avec un couple d’amis dont la femme est enceinte de 6 mois. On papote un peu de tout et de rien et tout se passe bien. A la fin du spectacle, on retrouve la famille de notre amie qu’on voit occasionnellement. Les « félicitations » sont de rigueur. Et je suis là, en spectatrice muette et invisible, à écouter les questions « c’est pour quand? » « pas trop dur avec la canicule? » « fille ou garçon? ».

Scared Homer Simpson GIF - Find & Share on GIPHY

Connaitrais-je un jour cet enthousiasme? Ces questions seront-elles un jour pour moi? Ce sont les questions que je me pose depuis que j’ai envie d’avoir un enfant.

Est-ce que ces réactions suscitées feront-elle souffrir un jour quelqu’un d’autre? C’est la question que je me pose depuis que je suis en PMA.

Tec 1 – Fiv 2 c’est vraiment parti?

Ca y est, je crois qu’on rentre enfin dans le vif du sujet!

Cette deuxième FIV me semble trainer en longueur (et pourtant ce n’est rien comparé à d’autres Pmette qui doivent attendre bien plus longtemps).

J’ai commencé la phase blocage puis stimulation début avril, la ponction a eu lieu mi-mai. Pas de transfert, un cycle de pause, une piqure de décapetyl, l’attente des règles et enfin le début du traitement la semaine dernière pour ce premier TEC.

J’étais à fond pour la partie stimulation. La suite après la ponction m’a donné un gros coup d’adrénaline, puis pshitttttt…….tout est retombé à plat.

Et j’ai entamé ce TEC avec assez peu d’énergie et d’enthousiasme. La finalité de ces patchs et ces comprimés qui rythment mon quotidien me semblent encore si lointaine.

Est-ce la chaleur? le début des traitements? la fin d’année scolaire?

Pourtant je mets à la base beaucoup d’espoir dans cette nouvelle chance. Tous les feux sont au vert. J’ai des embryons de bonne qualité, mon corps a bénéficié d’un cycle de pause, je serai en vacances et donc bien moins stressée, je continue le yoga et je suis allée voir une ostéopathe pour préparer le terrain.

J’ai l’impression d’être entourée par des femmes nouvellement enceintes ou sur le point d’accoucher et je me dis que peut-être moi aussi je vais finir par attraper ce virus.

Puis la réalité Pmesque me rattrape. Et je ne vois plus les possibilités mais tous les obstacles devant nous.

Vivement que cette phase passe. Peut-être que le premier rendez-vous de suivi me reboostera. A croire que les rendez-vous aux aurores à l’hôpital me manquent……

Go Kate Hudson GIF by Mother’s Day - Find & Share on GIPHY